Description du projet

Musiques royales pour l’épouse secrète

Madame de Maintenon

Les Folies françoises proposent de célébrer le tricentenaire de la mort de Madame de Maintenon avec un concert hommage à l’épouse secrète du Roi-Soleil.

Une programmation baroque inédite élaborée autour des musiques et des compositeurs qui lui sont contemporains.

Musiques de

François Couperin

Michel Pignolet de Montéclair

Jean-Baptiste Lully

Louis-Nicolas Clérambault

Interprètes

Elodie Hache  | Soprano

Patrick Cohën-Akenine | Violon

Béatrice Martin |  Clavecin

François Poly |  Violoncelle

Programme

Concert royal (Quatrième concert)

François Couperin

 Les Concerts royaux de François Couperin sont un ensemble de suites à la française joué à la cour de Louis XIV entre 1714 et 1715.

Madame de Maintenon, aussi mélomane que le Roi, assistait en sa compagnie aux petits concerts donnés par Couperin les dimanches à Versailles.

  • Prélude
  • Allemande
  • Courante françoise
  • Courante à l’italienne
  • Sarabande
  • Rigaudon
  • Forlance

Armide (Extraits)

Musique de Jean-Baptiste Lully – Livret de Philippe Quinault 

Composée en 1686, Armide, tragédie lyrique est considérée comme le chef-d’œuvre ultime de la collaboration longue et prolifique entre le compositeur Jean-Baptiste Lully et le librettiste Philippe Quinault. C’est en mai 1685 que Louis XIV choisit parmi 3 livres d’opéra proposés par Quinault celui dArmide, tiré de La Jérusalem délivrée (La Gerusalemme liberata) du poète italien Le Tasse (1544-1595) qui retrace l’histoire des amours malheureux de la magicienne Armide pour le chevalier Renaud.

Mariée secrètement au Roi Soleil depuis deux années, Madame de Maintenon a assisté à la genèse de cet opéra en cinq actes et un prologue.

Suite pour clavecin

Louis-Nicolas Clérambault

En 1710, Louis XIV, ayant entendu une des cantates écrites par Clérambault en fut si content qu’il ordonna au compositeur d’en produire plusieurs pour le service de sa chambre, et le nomma surintendant de la musique particulière de Madame de Maintenon.

 Clérambault fut également l’organiste de la maison royale de Saint-Cyr, le pensionnat pour jeunes filles créé en 1686 par le roi Louis XIV à la demande de Madame de Maintenon. Jusqu’à sa mort en 1749, le compositeur y fut responsable de la musique, tint l’orgue, fit répéter les chants et les chœurs, etc. C’est à ce poste, qui lui est confirmé après la mort de Madame de Maintenon, qu’il développe le genre de la « cantate française » dont il est le maître incontesté.

La mort de Didon

Michel Pignolet de Montéclair

Extrait de cette cantate profane composée par Montéclair vers 1709.  Grand ami de François Couperin, Montéclair est célèbre pour son activité à Saint-Cyr auprès de Madame de Maintenon.

Cette tragédie miniature d’une grande profondeur de sentiments reprend l’histoire de Didon, reine de Carthage, abandonnée par le prince troyen Énée. Elle alterne la mélancolie (« Ô Toi Déesse de Cithère ») et la fureur (« Tirans de l’empire de l’Onde ») et se termine par une morale (« Qu’il est dangereux »)…

Un ultime hommage à Madame de Maintenon qui mourut veuve du Roi-Soleil, à l’âge de 84 ans.

À propos de l’interprète

Elodie Hache | Soprano

Élodie Hache est diplomée de l’Université Paris-Sorbonne (Musicologie) et étudie le chant auprès d’Alexandra Papadjiakou.

Elle est finaliste du concours Montserrat Caballé (2011), du concours Viñas de Barcelone (2013) et lauréate des concours d’Alcamo et Vivonne.

Elle intègre en 2012 l’Atelier Lyrique de l’Opéra national de Paris avec lequel elle chante Arminda (La Finta Giardiniera), Clarice (Il Mondo della Luna), The Female Chorus (The Rape of Lucretia) Donna Elvira (Don Giovanni), des extraits du rôle de Phèdre (Hippolyte et Aricie de Rameau) et participe à de nombreux concerts (Auditorium du Louvre, Amphithéâtre Bastille, Palais Garnier).

Elle interprète le rôle de Sandmännchen dans Hänsel et Gretel au Palais Garnier, la Grande Prêtresse d’Aida à l’Opéra Bastille sous la direction de Philippe Jordan, Micaëla (Carmen) avec le Chœur et l’Orchestre Symphonique de Paris, Ortlinde (La Walkyrie) puis des le rôle de Liú dans des extraits de Turandot à l’Opéra de Rennes, Elena (Mefistofele de Boito) à Cracovie, Armide dans l’opéra éponyme de Lully à Innsbruck, Vitellia (La Clémence de Titus) à Mulhouse et Saint-Étienne où elle chante également Anna de Nabucco, Blanche de La Force de Dialogues des carmélites et la Baronne de Gondremarck de La Vie Parisienne.

Au concert, elle interprète le Stabat Mater de Rossini en région parisienne, le Te Deum et la Messe en ré de Dvořák avec l’Orchestre de Marseille, Harawi au Festival Messiaen, le rôle-titre d’Athalia de Haendel avec l’Ensemble Diderot à Herblay et Les Chansons madécasses de Ravel avec des instrumentistes de l’Orchestre de l’Opéra de Paris.

Au cours de la saison 2017 / 2018, elle chante le Stabat Mater de Rossini dans le cadre des Journées Musicales de Chartres, le Requiem de Verdi à Saint-Étienne, participe à un gala Verdi avec l’Orchestre de la Nouvelle Europe et interprète le rôle de Blanche de La Force à Caen.

Parmi ses engagements 2018-2019, elle incarne Coryphée dans Les Huguenots à l’Opéra de Paris, Salomé dans Hérodiade de Massenet et Fiordiligi dans le Cosi fan Tutte à Saint Etienne, Micaela dans Carmen à Chartres et un projet de gala d’opéra avec des instrumentistes avec l’orchestre de l’Opéra de Limoges, et un concert Rameau-Leclair-Gluck avec l’Orchestre de Normandie.

Tous nos programmes