Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Les Folies françoises se joignent aux célébration du tricentenaire de la mort de Madame de Maintenon et proposent un concert hommage à l’épouse secrète du Roi-Soleil.

Une programmation baroque inédite élaborée autour des musiques et des compositeurs qui lui sont contemporains.

Œuvres de

François Couperin  | Michel Pignolet de Montéclair
Jean-Baptiste Lully | Louis-Nicolas Clérambault

Interprètes
Elodie Hache  | Soprano
Patrick Cohën-Akenine | Violon
Béatrice Martin |  Clavecin
François Poly |  Violoncelle

PROGRAMME

François Couperin (1668 – 1733)

 4ème Concert Royal  : Prélude, Allemande, Courante à  l’italienne, Forlanne (Rondeau)

Les Concerts royaux de François Couperin sont un ensemble de suites à la française joué à la cour de Louis XIV entre 1714 et 1715.  Madame de Maintenon, aussi mélomane que le Roi, assistait en sa compagnie aux petits concerts donnés par Couperin les dimanches à Versailles

Jean-Baptiste Lully (1632 -1687)  – Livret de Philippe Quinault (1635- 1688)

Armide, tragédie lyrique

Acte II, scène 5 : enfin, il est en ma puissance

Acte III, scène 1 : Ah! Si la liberté me doit être ravie

Acte V, scène 5 : Le perfide Renaud me fuit

Composée en 1686, Armide, tragédie lyrique est considérée comme le chef-d’œuvre ultime de la collaboration longue et prolifique entre le compositeur Jean-Baptiste Lully et le librettiste Philippe Quinault. C’est en mai 1685 que Louis XIV choisit parmi 3 livres d’opéra proposés par Quinault celui d’Armide, tiré de La Jérusalem délivrée (La Gerusalemme liberata) du poète italien Le Tasse (1544-1595) qui retrace l’histoire des amours malheureux de la magicienne Armide pour le chevalier Renaud.  Mariée secrètement au Roi Soleil depuis deux années, Madame de Maintenon a assisté à la genèse de cet opéra en cinq actes et un prologue.

Louis-Nicolas Clérambault (1676 – 1749)

L’impromptu, sonate pour violon et basse continue

Abraham, cantate pour voix seule dédiée à Madame de Maintenon

Suite en do mineur pour clavecin  : Prélude, Allemande, Courante, Sarabande grave, Gigue

En 1710, Louis XIV, ayant entendu une des cantates écrites par Clérambault en fut si content qu’il ordonna au compositeur d’en produire plusieurs pour le service de sa chambre, et le nomma surintendant de la musique particulière de Madame de Maintenon. Clérambault fut également l’organiste de la maison royale de Saint-Cyr, le pensionnat pour jeunes filles créé en 1686 par le roi Louis XIV à la demande de Madame de Maintenon. Jusqu’à sa mort en 1749, le compositeur y fut responsable de la musique, tint l’orgue, fit répéter les chants et les chœurs, etc. C’est à ce poste, qui lui est confirmé après la mort de Madame de Maintenon, qu’il développe le genre de la « cantate française » dont il est le maître incontesté.

Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737)

La mort de Didon, cantate avec un dessus de violon (1er livre)

Extrait de cette cantate profane composée par Montéclair vers 1709.  Grand ami de François Couperin, Montéclair est célèbre pour son activité à Saint-Cyr auprès de Madame de Maintenon.  Cette tragédie miniature d’une grande profondeur de sentiments reprend l’histoire de Didon, reine de Carthage, abandonnée par le prince troyen Énée. Elle alterne la mélancolie (« Ô Toi Déesse de Cithère ») et la fureur (« Tirans de l’empire de l’Onde ») et se termine par une morale (« Qu’il est dangereux »)… Un ultime hommage à Madame de Maintenon qui mourut veuve du Roi-Soleil, à l’âge de 84 ans.

Nous soutenir

Soutenir les Folies françoises

Sélectionnez le mode de paiement
Informations personnelles

Détails de facturation

Total du don : 25€

Prochains concerts

Mar 18

Tendances

18 mars à partir de 20h30
Monaco
Mar 26

Tendances

26 mars à partir de 20h30
ORLEANS
Vous dansiez ? …eh bien jouez maintenant !
Mar 29

Vous dansiez ? …et bien jouez maintenant !

29 mars à partir de 11h00
Orléans